Le point positif le plus important de mon point de vue, point qui n'est par ailleurs pas le plus important dans le contexte du BIM, est le ton décontracté, direct, et régulièrement à la frontière de l'humour employé tout au long de l'ouvrage (j'adore la recette en page 55). En effet, il contribue largement à briser la glace qui existe encore entre de trop nombreuses personnes/sociétés et le BIM. Cela décomplexe le lecteur et l'immerge plus aisément dans le sujet rebutant que peut être le BIM. Ce simple fait représente à lui seul ce que doit être l'aspect humain du BIM : simple, direct et à la compréhension de tous, un langage universel en somme, cristallisé dans ces quelques propos tenus au long du livre. Outre cela, le livre est bien structuré et pour peu que le lecteur ait pris le temps de ne serait-ce que survoler le livre, il est en capacité de retrouver une information déjà lue facilement. A ce titre, troisième point à porter au crédit de l'ouvrage, celui-ci est suffisamment complet pour une approche concise mais néanmoins objective de ce que peut être le BIM, dans le contexte général du Bâtiment comme dans le contexte spécifique au lecteur (secteur d'activité, rôle au sein de l'entreprise). Ainsi, il donne les clés de la réflexion à mener, chacun de son côté et suivant ses propres contraintes, en proposant des solutions tout en conservant impartialité et objectivisme. Dernier point, l'interactivité du livre est une réelle et riche idée. Elle coupe court à certaines questions en apportant des réponses par le biais de sources d'informations connexes et cette proposition met en avant la collaboration inhérente au BIM. Là encore, il s'agit donc d'imprimer dans l'esprit du lecteur la philosophie d'un nouveau concept à assimiler. En cela, le livre réussi le tour de force de faire accepter le changement sans pour autant imposer un point de vue ni apporter de solutions techniques pragmatiques et pratiques aux différents lecteurs.