Nous avons remarqué que les méthodes de travail actuelles dans les travaux publics s'apparentent déjà en partie à des pratiques BIM.

Le BIM sera probablement moins perçu comme une révolution dans les travaux publics que dans le bâtiment. L’usage de la 3D « intelligente » est déjà bien ancré dans les habitudes de travail et tous les échelons de la production sont sensibilisés à ces usages et aux possibilités ouvertes par les modèles 3D numériques, si bien que ce qui est perçu comme « une arrivée massive de nouvelles possibilités » dans le bâtiment semblera finalement n’être qu’une évolution des logiciels augmentant leurs performances et leurs capacités de calcul couplée à une meilleure centralisation des informations publiques, mais qui n’interviendra que dans un second temps, lorsque les systèmes requis seront existants et opérationnels, ce qui à l’heure actuel n’est pas le cas.

Différences en MNU et MNB

Une Maquette Numérique de Bâtiment (MNB) et une Maquette Numérique Urbaine (MNU) sont communes sous plusieurs aspects :

  1. Il s’agit d’un avatar : un modèle virtuel très fidèle à la réalité,
  2. Le modèle 3D est associé à une base de données techniques et/ou sémantiques,
  3. Le couple modèle 3D/base de données permet une exploitation opérationnelle : dégagement de quantités, utilisation dans le cadre de simulations diverses
  4. La maquette numérique est utilisable dans le cadre d’un processus BIM plaçant le modèle au centre des échanges et dont l’évolution tend vers la mise en commun d’un modèle unique partagé entre tous les intervenants.

Mais des différences fondamentales existent cependant :

  1. La MNU se concentre sur les ouvrages extérieurs, occultant tout ou presque des détails de l’intérieur des bâtiments,
  2. L’étendue du modèle est bien supérieure ce qui sollicite d’autant plus les machine devant l’interpréter. Aussi, le plafond de capacités de traitement des ordinateurs et plus rapidement atteint dans le cadre de MNU et il devient donc indispensable de ne pas surcharger le modèle en limitant le niveau de précision de certains détails (assemblages de réseaux, mobilier urbain, végétaux…)
  3. Les logiciels permettant de dresser une MNU sont différents de ceux de la MNB. Les standards de diffusion des fichiers MNU sont également différents.

Voyons maintenant quels sont les principaux intérêts de la maquette numérique urbaine (MNU).

Vous méritez d'en savoir plus sur le BIM

Découvrez « BIM & BTP / Construire grâce à la maquette numérique », le livre de la révolution numérique dans le BTP.
BIM & BTP - Couverture du livre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *