La notion de quantification et de chiffrage depuis une maquette numérique est essentielle pour une entreprise de construction.

Exemple d'utilisation sur un chantier

Calculer le coût de production du béton fabriqué sur chantier

Une centrale à béton de chantier
La maquette permet de calculer le prix de production du béton

L’entreprise de maçonnerie souhaite comparer le coût du béton fabriqué sur le chantier et celui du béton prêt à l’emploi. De nombreux facteurs influent le coût du béton fabriqué sur chantier :

  • Prix d’achat des matériaux : variable à saisir,
  • Quantité de béton produite : calculée grâce à la maquette,
  • Type de béton : identifié dans la maquette,
  • Durée de chantier : associée au planning 4D réalisé grâce à la maquette,
  • Coût de la main d’œuvre : variable à saisir,
  • Coût du matériel : variable à saisir,
  • Coût des transports : dépend de la distance, calculable grâce au géopositionnement de la maquette.

La maquette numérique permet rendre dynamique ce calcul : les quantités sont automatiquement calculées lors de la mise à jour des ouvrages.

Un exemple très concret : l’entreprise de maçonnerie souhaite étudier une variante utilisant des prémurs (murs pré-coffrés à remplir de béton) en lieu et place des voiles béton armé coulés en place. Elle va donc pour cela réaliser un comparatif mur banché / prémur et va pouvoir ainsi comparer le coût de revient d’un mètre carré de mur. Très bien, sauf qu’en passant en prémurs la quantité de béton coulée sur le chantier est amoindrie (il faut déduire le volume de béton correspondant aux lames des prémurs, fabriquées en usine). Il faut donc tenir compte de cette baisse de quantité qui signifie un amortissement moins bon de la centrale à béton, et donc un prix de revient d’une mètre cube de béton plus élevé...

La maquette numérique appliquée aux méthodes permet de répondre à ces problématiques en mettant en relation tous les comparatifs entre eux : on retient un mode constructif pour les murs, on met à jour la maquette en conséquence et les nouvelles quantités servent aux autres comparatifs (béton par exemple).

La modification de la maquette passe par le changement du type de mur. Si l’architecte a modélisé des objets « voiles béton armé épaisseur 20cm », le maçon les transformera en une famille « prémur 2x6cm épaisseur + remplissage béton » personnalisée. Ce mur est multi-composants et des types de bétons différents sont associés à chaque constituant : béton préfabriqué pour les lames, béton coulé en place pour le remplissage. Les quantitatifs dégagés par le logiciel tiennent comptent de cette distinction et les quantités sont séparées dans votre fichier Excel.

Grâce aux formules de sa feuille de calcul de comparatif de prix de béton, le nouveau prix est calculé automatiquement. Le nouveau prix est ensuite injecté dans la « maquette méthodes » du maçon grâce à un plugin (exemple : Ideate BIMlink pour Revit) en tant que paramètre « prix » dans les ouvrages concernés pour le rendre utilisable par les autres applications méthodes ou étude de prix.

Exigences matériellesUn ordinateur,
Exigences logiciellesUn logiciel de maquette numérique + un plugin /ou un logiciel métier permettant la communication bidirectionnelle Excel / Logiciel de maquette.

Le logiciel Excel.

Exigences BIMQue la maquette soit mise à jour par l’entreprise de maçonnerie en fonction des procédés constructifs retenus.

Vous méritez d'en savoir plus sur le BIM

Découvrez « BIM & BTP / Construire grâce à la maquette numérique », le livre de la révolution numérique dans le BTP.
BIM & BTP - Couverture du livre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *