Maintenant que vous savez ce qu'est un planning 4D, voyons comment le réaliser.

Fonctionnement d’un logiciel de planning 4D

Actuellement les logiciels de planification 4D ne sont pas directement intégrés aux logiciels de modélisation de maquette numérique tels que Revit. La communication se fait sous la forme d’import de la maquette dans le logiciel tiers dédié à la planification, soit en passant par le format IFC, soit par compatibilité directe des logiciels entre eux autour d’un autre format.

Le logiciel de planification récupère donc une maquette numérique, dont chaque objet est identifié grâce à son identifiant global et unique GUID. La planification, c’est-à-dire l’affectation de dates de réalisation à chaque objet, peut se faire soit manuellement en créant de A à Z le diagramme de Gantt dans le logiciel de planning 4D, soit en important un planning réalisé dans un logiciel tiers tel que Microsoft Project.

Dès lors que chaque objet a été affecté à une tâche du planning il devient possible de faire glisser le « curseur d’avancement » le long de l’échelle de temps et de voir la maquette 3D évoluer, avec la possibilité de modifier l’apparence des ouvrages : par exemple, colorier en vert les ouvrages en cours de construction, en rouge ceux démolis, en gris ceux déjà construits…

Intérêt commercial

Une planification 4D
Construire avant de construire, un avantage énorme pour communiquer autour d'un chantier

L’impact visuel d’un tel document est très fort. Un client a besoin d’être rassuré sur la faculté d’une entreprise de mener à bien le chantier dans le délai imparti. Joindre un tel document à une offre de prix, annexé à son mémoire technique, permet de valoriser considérablement la crédibilité de celle-ci et de démontrer l’intérêt porté par l’entreprise pour le projet.

Intérêt technique

Même si une planification 4D ne permettra jamais de se prémunir des aléas de chantier, elle offre la possibilité à la maitrise d’œuvre et à l’entreprise de dialoguer plus efficacement sur le pilotage de chantier et de mieux appréhender les éventuelles zones de conflit entre les différents corps d’état intervenant sur le bâtiment.

En interne à l’entreprise de construction, la planification permet également de fiabiliser et d’optimiser ses plannings : les quantités associées à chaque ouvrage planifié sont connues (elles découlent de leur géométrie 3D), ce qui signifie qu’il devient possible de croiser ces quantités avec le temps et d’obtenir ainsi des informations telles que :

Ces informations sont capitales aux conducteurs de travaux et chefs de chantier de chaque entreprise pour communiquer entre eux. Elles permettent également de gérer directement les commandes de matériaux et matériel en bonnes quantités et aux bonnes dates.

Intérêt sécuritaire

en matière de sécurité, un planning 4D permet au coordonnateur SPS de mieux comprendre les intentions de l’entreprise et d’émettre un avis sur celles-ci avant même le début des travaux, éliminant ainsi une partie des situations à risque avant même qu’elles ne se produisent.

Planification 5D et plus

Sur le même principe que la planification 4D, il est possible d’ajouter encore d’autres dimensions à la maquette numérique au-delà de la quatrième dimension. Celles-ci peuvent être de toute nature (consommation d’énergie, bilan carbone, coût de production, coût d’entretien, nombre de visiteurs…). On parle alors de planification 5D : le modèle 3D + le temps (4D) + autre chose.

Certains parlent de planification 5D / 6D / 7D / 8D … Mais ces appellations me dérangent car elles laissent entendre ces dimensions de superposent les unes aux autres, ce qui n’est pas vrai. Pour l’exemple : en ajoutant une dimension « coût » aux ouvrages, on obtient un planning 5D servant à suivre les coûts de production de l’ouvrage dans le but d’établir un échéancier de paiement. Cette 5ème dimension « coût » sera inutile pour réaliser un « planning d’évolution de la consommation d’énergie au cours de la vie du bâtiment » pour lequel la 5ème dimension sera « l’énergie consommée ». Dans cet exemple, il n’existe donc pas de planning 6D mais un ou plusieurs plannings 4D, desquels découlent plusieurs plannings 5D [...]

La suite de cet article est à retrouver dans le livre BIM & BTP / Construire grâce à la maquette numérique

2 thoughts on “Comment faire un planning 4D ?

  1. Bonjour,
    Je me présente : Mr ALIX,
    je travaille au sein d’une société « service de planification » de construction Naval à Cherbourg « CMN Construction mécanique de normandie », nous sommes en recherche d’intégration d’un suivi 4D à notre ERP.
    Je me permet de prendre contact avec vous afin d’obtenir votre livre.
    En vous remerciant d’avance,
    bonne journée

    Mr Alix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *